Guérir du SIBO naturellement – naturopathie

Guérir du SIBO naturellement – naturopathie



Le SIBO est un terme anglais qui signifie small intestinal bacterial overgrowth. En français, on peut le traduire par surprolifération bactérienne de l’intestin grêle en français.

Il s’agit d’un déséquilibre du microbiote intestinal.

Notre tube digestif, qui va de la bouche à l’anus, est naturellement peuplé de micro-organismes : des bactéries, des virus, des champignons, etc.

On appelle cela le microbiote, anciennement la flore intestinale.

Au niveau de l’intestin grêle, on trouve, en majeure partie des bactéries aérobies, en petites quantités, tandis qu’au niveau du côlon, on trouve la plus grande partie des bactéries (1014 !), et ces dernières sont essentiellement des bactéries anaérobies, qui vivent sans présence d’oxygène.

Le SIBO apparaît quand les bactéries de fermentation, du colon droit, remonte par la valvule iléo-cæcale. La valvule iléo-cæcale est comme une petite porte qui sépare le colon droit de l’intestin grêle.

Le problème, c’est qu’elles n’ont pas leur place ici. La dernière partie de l’intestin grêle sert à absorber les aliments. Lorsque les bactéries du colon sont remontées jusque dans l’intestin grêle, ce dernier ne remplit plus sa fonction d’assimilation, car sa muqueuse est tapissée de bactéries. Par ailleurs, les bactéries débutent trop haut et trop tôt leur travail de fermentation de qui provoque des troubles digestifs : ballonnements, etc.


Quels sont les symptômes du SIBO ?



Ballonnements, gonflements, gazs non odorants, douleurs au ventre, difficulté de digestion des FODMAPS ou du fructose des fruits, durcissements de ventre sont les principaux symptômes de la dysbiose intestinale et du SIBO.


Que se passe-t-il dans le corps lors d’un SIBO ?


1) Certaines bactéries, comme propioni bacterium acnes par exemple, prolifèrent. Il faut donc s’occuper d’assainir le microbiote du grêle. Le Docteur Bruno Donatini en parle beaucoup avec les hyphes des champignons. Je ne cautionne pas les champignons de Bruno Donatini, mais suis plutôt pour l’utilisation de plantes anti-bactériennes comme la sarriette, la bardane, la cannelle. Sur un court terme, bien entendu, car toutes plantes, aussi naturelles soient-elles, vont détruire la mauvaise flore, appelée la flore pathogène, mais également la bonne flore, appelée la flore saprophyte.


2) Tous les organes digestifs, foie, pancréas, duodénum, estomac ont perdu de leur vitalité ! Certains d’entre eux ne parviennent plus à produire des enzymes qui nous servent à décomposer les aliments.
Il s’agit de stimuler intelligemment le nerf vague, qui est en lien constant avec l’intestin, mais aussi d’alcaliniser le terrain, rétablir la balance acido-basique donc. Pour rétablir cette balance, il faudra traiter la dysbiose, ce qui n’est pas une mince affaire, et cela se personnalise selon chaque individu.

La ferritine, le zinc érythrocytaire, les vitamines du groupe B devront être surveillées également.

TSH, T3, T4, la thyroïde peut rentrer en jeu d’une cause sous-jacente à une dysbiose. Ce pourquoi il faut prêter attention à cette dernière.


3) La toxémie. Un autre terme cher aux naturopathes. Le fait que nous sommes tous poly-intoxiqués n’échappe plus à personne : antibiotique, vaccins, médicaments, OGM, pesticides, métaux lourds, nos corps ont emmagasiné de grandes quantités de déchets qu’il va falloir éliminer pour retourner à l’état de pleine santé.   

Guérir du SIBO grâce à la naturopathie





On va ancrer de nouvelles habitudes quotidiennes qui vont permettre de stimuler les forces d’auto-guérison qui sont en chacun de nous.

Ces habitudes permettront de retrouver l’équilibre de l’écosystème intestinal ce qui aura pour conséquence de faire disparaître l’inflammation chronique (ou “de bas grade” comme disent les scientifiques).

Le retour à l’eubiose intestinale est une course de fond, pas un sprint que l’on court avec faisant un jeûne de 10 jours, et hop, en reprenant derrière de mauvaises habitudes. Il faut être persévérant, sérieux, se tenir au programme du thérapeute qui vous encadrera dans le retour pour la santé.

Le traitement préconisé avec phytothérapie et compléments alimentaires ne sera efficace que si on le double d’une rigueur de vie alimentaire et psychique. Les compléments peuvent être totalement inefficaces si le sérieux n’est pas de mise.

L’alimentation


L’alimentation va occuper une grande place dans la guérision du SIBO, nous allons donc nous y attarder, avant de bifurquer vers d’autres méthodes naturelles.

#1 Mastiquer

Avant toutes choses, il faut respecter le fait que tous aliments doit être mâchés 32 fois avant d’être avalé. Il faut que l’aliment prenne une forme liquide dans la bouche. Si ce conseil n’est pas respecté, les autres ne serviront à rien.

Horace Fletcher est un homme qui a guérit tous ses problèmes de digestion seulement avec la mastication !


#2 Se tourner vers de vrais aliments

No grain, no pain, de Peter Osborne, The thyroid connection du Docteur Amy Myers, L’alimentation ou la troisième médecine, du Docteur Jean Seignalet, Nourritures vraies de Taty Lauwers, Grain Brain de David Perlmutter : tous son unanimes là-dessus. Les aliments doivent être bios, bruts, le moins cuits possibles. Exit le transformé, le préparé, le non-bio. On boycott les chaînes de restaurant, de fast-food. La guérison passe souvent par du sans gluten, produits laitiers ni céréales.  Le cru, s’il est supporté devra être une grande part de l’alimentation, ou les légumes devront être décrudis, afin qu’ils conservent un maximum de vitamines et de minéraux. Tout ce qui est raffiné, comme les céréales, le riz blanc, les pâtes blanches, sont à fuir car l’indice glycémique est beaucoup trop élevé.

Les légumes bios qui ont poussés dans une terre riche en humus / mycorhyses, favorisent la bonne santé de notre microbiote, car ils sont riches en endobiote et antioxydants.

#3 Essayer le sans FODMAPs

Pendant 2 mois, on essaie une alimentation sans FODMAPs, pour diminuer les ballonnements et réduire la flore pathogène. Pour en savoir plus sur les aliments qui contiennent des FODMAPs et en quoi cela s’agit-il, rendez-vous sur mon article en cliquant ici (-clic!).

Néanmoins, il ne faut pas que cette diète soit suivie sur du trop long terme, sinon l’intestin devient fainéant, et cela ne va pas en s’arrangeant.

C’est le blé moderne qu’il faut supprimer en premier lieu, car il est pro-inflammatoire et favorise le leaky gut syndrome, à savoir la porosité intestinale, appelée également l’hyper-perméabilité intestinale.


#4 Ne pas mangez plus de 2 fruits par jour

Souvent, les personnes atteintes de SIBO, ont une malabsorption du fructose. Les fruits étant riches en fructose, il ne faut pas en dépasser plus de 2 par jour.


#5 La chrononutrition

Supprimer le sucré au petit déjeuner et on va, de manière générale, limiter le sucré dans la journée. Il sera consommé au bon moment à 17h, l’heure à laquelle notre pancréas est plus à même de dégrader les sucres. On supprime bien entendu les céréales raffinées en général.

Les céréales et les amidons (pomme de terre, patate douce) ne seront consommés que lorsque l’on a une activité physique intense ou un métier qui nécessite beaucoup de force. Si l’on est statique toute la journée, le sucre va macérer dans nos organes digestifs si l’on en mange le matin. Il faudra alors en prendre en petites quantités

Au petit-déjeuner, on intègre des protéines, des œufs à la coque ou au plat, c’est l’idéal, et du bon gras comme celui de l’avocat ou de l’huile d’olive.

On peut aussi opter pour du ghee fait maison avec le beurre de Bernard Gaborit au lait cru de vaches Jersiaises. Ce beurre est riche en ferments lactiques, en vitamines A, le rétinol, et D, deux vitamines essentielles à la santé de la thyroïde.

Opter pour un petit-déjeuner protéiné permet de stabiliser le taux de sucre dans le sang, et de ne pas avoir envie de sucre toute la journée. Si l’envie de sucre est toujours présente néanmoins, il faudra traiter la candidose sous-jacente.
Le midi, on met de nouveau des protéines avec une belle part de légumes crus.


#6 Ne jamais grignoter !


Ne jamais grignoter entre les repas. On fait 3 repas par jour maximum, petit-déjeuner, déjeuner et dîner léger. Par ailleurs, il peut être intéressant d’opter pour du jeûne intermittent. Pas de petit-déjeuner !
Parfois, un repos digestif est plus que nécessaire, afin de laisser le tube digestif se régénérer.

Les neuro-arthritiques peuvent avoir plus de difficultés à mener le jeûne intermittent, mais les sanguino-pléthoriques, eux, devraient toujours opter pour le jeûne intermittent.


#7 Faire des bouillons d’os à moelle / carcasses de poulet : la méthode GAPS

Le régime GAPS se base sur les bouillons de poulet / de viandes afin de régénérer la muqueuse de l’intestin.


#8 Dîner tôt

Le soir, on dîne 3 heures minimum avant le coucher ; c’est une règle d’or. Et on veillera que ce repas soit végétarien et le plus léger possible.

Les autres techniques


#9 Le sport

La vie c’est le mouvement ! On va marcher au minimum 1 heure par jour, et si l’on peut, faire du sport tous les jours (jogging, refnrocement musculaire, etc.) 


#10 Pratiquer la cohérence cardiaque tous les jours.

La cohérence cardiaque est une méthode très puissante pour diminuer les conséquences d’une dysbiose (ballonnements et gazs).

Car, la respiration ventrale permet de stimuler le nerf vague, le principal nerf de la relaxation qui influe sur tous les organes digestifs.

Par ailleurs, la respiration ventrale va être primordiale pour dénouer le plexus solaire, bien souvent bloqué par nos émotions dans ces cas-là.

La cohérence cardiaque

C’est une technique de respiration, appelée aussi la résonnance cardiaque.

Cela consiste à respirer sur le même tempo à l’inspire, comme à l’expire :

=> 5 secondes d’inspiration (par le nez)

=> 5 secondes d’expiration (par la bouche)

ce qui fait 6 inspirations/expirations par minute.

Et ce pendant 5 minutes.  

Dans un environnement au calme, en position assise.

C’est tout ? C’est TOUT !

Il suffit de répéter l’exercice 3 fois par jour (1 fois le matin, 1 fois le midi, et 1 fois le soir, car les effets d’une cohérence cardiaque durent 5/6 heures en moyenne).

Grâce à ça, on obtient alors une régularité des battements du cœur tout du long de la journée.

Les effets sur le corps ?

Baisse du cortisol dans le sang et la salive. Le cortisol est la principale hormone sécrétée pendant un stress chronique, de l’anxiété.

Augmentation de la DHEA, une hormone qui entre en jeu pour moduler le cortisol. Elle a aussi un rôle primordial à jouer dans le ralentissement du vieillissement. Elle est aussi appelée « hormone de jouvence ». 

Augmentation de la sécrétion d’ocytocine. L’ocytocine est un neurotransmetteur appelé aussi « hormone de l’amour ».

Amélioration de la concentration

Amélioration de la digestion

Diminution des douleurs dans le cas d’un Syndrome de l’intestin irritable

Effet bénéfique sur les maladies cardiovasculaires.

Comment on la pratique ?

On trouve des vidéos sur YouTube ou on télécharge une appli comme Respi Relax ou Petit Bambou.


#11 Gérez son stress

Ce point aurait pu être le premier. Étant donné la double communication entre intestin-cerveau, il ne peut y avoir de ventre heureux sans état d’esprit relaxé.

Pour cela, à chacun de trouver ce qui lui convient le mieux : yoga, massage, sport, hiit,  méditation, etc.

Évidemment les désordres intestinaux sont d’ordre physique, mais le psychique impacte beaucoup cette sphère également.

Pour cela, on peut penser à suivre une thérapie avec un thérapeute.

Pour dénouer le plexus solaire, on peut penser également au Chi Nei Tsang, un massage du ventre très puissant.



#12 Les huiles essentielles

On peut masser son ventre tous les soirs, avec un peu d’huiles essentielles de basilic tropical ou de mélisse, mélangées dans de l’huile végétale. La katafray, l’oliban ou le lentisque pistachier peuvent être intéressants en cas d’inflammations chroniques.


#13 Ondes électro-magnétiques & la 5G

Les ondes électro-magnétiques ont un effet délétère sur la santé du microbiote.

Comme l’approuve Florence Rolando dans son livre, Les ondes, la 5G et notre santé, « les ondes électro-magnétiques peuvent contribuer à l’apparition d’une dysbiose. En effet, lorsqu’ils sont exposés aux champs électromagnétiques, les virus, les microbes, les levures, les moisissures et les champignons se reproduisent très rapidement, plus rapidement que les cellules. Lorsqu’ils sont trop nombreux, ils forment ce qu’on appelle la flore pathogène, qui affaiblit ou tue les bonnes bactéries. Or celles-ci jouent un rôle important dans la protection de la muqueuse intestinale, composée d’une fragile rangée de cellules épithéliales. La muqueuse perd sa fonction de barrière entre notre système digestif et le flux sanguin, ce qui peut entraîner un affaiblissement du sytème immunitaire. « 


On peut citer également Dr Joachim Mutter, en Allemagne, qui a de bons résultats sur ses patients atteints de pathologies chroniques comme la maladie de Lyme, en demandant à ces derniers d’isoler toutes les installations électriques et électro-magnétiques de leur habitation.

#14 La bouillotte

La bouillotte sur le foie après un repas est une excellente idée. Elle aide le foie à faire son travail, puisque le foie est l’organe le plus chaud du corps humain.


#15  Thérapeutiques alternatives et complémentaires


Pour retrouver un équilibre, une eubiose, un écosystème intestinal en parfait santé, il peut être nécessaire de faire des ponts entre les différentes approches naturelles. Bio-résonnance, praticien en shiatsu, médecins chinois, acupuncteurs, on va essayer de trouver une technique à laquelle notre corps répond.

La bio-résonnance, avec l’appareil métatron prend de plus en plus d’ampleur aujourd’hui. Pourquoi ? car une cellule est une entité électro-magnétique, qui génère une fréquence.

Garder à l’esprit que dans tous les cas, ces thérapeutes ne feront que stimuler les forces d’auto-guérison qui existent en chacun de nous. Ce n’est pas eux qui vous guérissent, ils ne font que stimuler la force vitale en vous.



# 16 Le Bain dérivatif

Le bain dérivatif est une panacée. Méthode créée par Louis Kuhn puis développée par France Guillain, elle consiste à mettre une poche de gel au congélateur, et de s’asseoir dessus pendant 30 minutes tous les jours, tous les matins plus précisément. Il faut toujours avoir chaud lorsque l’on fait cela, sinon le bain dérivatif n’aura pas d’effet.

Très très efficace en cas de constipation ou de faiblesse hépatique.



#17 Le sauna

Pour diminuer l’acidose en nous, on va faire en sorte de transpirer. Avec le sauna, les glandes sudoripares vont s’ouvrir et cela va permettre l’élimination des cristaux, à savoir l’acidose qui est en nous. On va au sauna pour ça, où on s’achète un sauna à infrarouge.

Très soulageant en cas de fibromyalgie, d’arthrose, de maladie auto-immunes, etc.


#18 Diminuer l’inflammation de bas grade

Avec l’aide de certains compléments alimentaires soigneusement choisis selon le terrain de la personne, on va s’employer à diminuer l’inflammation de bas grade et réparer la paroi intestinale (avec du collagène par exemple ou de l’acide hyaluronique).


#19 NON aux probiotiques!

Sur un terrain de SIBO, apporter des probiotiques est une erreur fatale. En effet, il y a déjà un surprolifération bactérienne dans l’intestin grêle. Pourquoi en rajouter en amenant des micro-organismes encapsulés ?


#20 Avoir une démarche personnalisée


Enfin, je rappellerai que chaque personne est unique. Ce qui fonctionnera pour quelqu’un, ne marchera pas forcément pour l’autre. C’est ce que l’on appelle le terrain en naturopathie. Ainsi, chez certaines personnes le SIBO se doublera de candidose, quand d’autres auront à gérer une dysbiose de putréfaction, d’où l’intérêt d’être suivi par un naturopathe qui connaît les symptômes et les signes évocateurs.

Par ailleurs, le naturopathe est un éducateur de santé. Son but est l’autonomie de l’individu. Il faut être très rigoureux et suivre une démarche personnelle sur le long terme pour rétablir un terrain, recouvrir un état de santé optimale. Les compléments d’ailleurs seront complètement inefficaces si l’on continue à avoir une alimentation inadéquate.

Enfin, la notion holistique est primordial sur le chemin de la guérison. On ne guérit pas sans plonger vers l’aspect psychosomatique de la maladie, sans découdre de ses schémas destructeurs, sans s’intéresser aux aspects énergétiques et mentaux..






Si cet article vous a plu, ou que vous avez la moindre question, vous pouvez me laisser un petit commentaire, j’y répondrai au plus vite !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *